Français English
Facebook BUSI Twitter BUSI Google+ BUSI Linkedin BUSI Viadéo BUSI
WE ARE BUSI.com

Actualités

A la découverte de PILOTER SA FERME, une aide aux agriculteurs pour prendre leurs décisions de commercialisation

A la découverte de PILOTER SA FERME, une aide aux agriculteurs pour prendre leurs décisions de commercialisation

publié le 02 novembre 2020

L’Auvergne, comme d’autres territoires, regorge d’entreprises novatrices, audacieuses, initiatrices de nouvelles dynamiques, voire, de savoir-faire uniques au monde. Depuis 1999, Busi, précurseur des incubateurs d’entreprises innovantes liées à la recherche publique, a accompagné plus de 300 créateurs - chercheurs, docteurs, ingénieurs, techniciens ou étudiants –, qui ont donné naissance à une centaine de start-up focalisées sur des enjeux d’avenir.

Chaque semaine, plongez dans l’univers d’une start-up innovante, que ce soit dans le domaine de la santé, des biotechnologies, du numérique ou de la robotique.

Aujourd’hui, rencontre avec les fondateurs de PILOTER SA FERME, Roland Zimmermann, Sylvain Jessionnesse et Xavier Faure, une aide aux agriculteurs pour prendre leurs décisions de commercialisation.

& Retrouvez d’autres portraits sur le site de Busi, en cliquant ici

« Transformer les idées, construire les entreprises, depuis 1999, le premier incubateur en France. »

PILOTER SA FERME
ROLAND ZIMMERMANN, SYLVAIN JESSIONNESSE  
& XAVIER FAURE

‘‘Allons voir si on est aussi bons qu’on l’imagine’’

Le marché des matières premières agricoles est financiarisé, induisant une volatilité des prix. L’agriculteur est ainsi confronté à des situations similaires aux marchés boursiers. « Un agriculteur a, en moyenne, trois fois plus de risque en gérant son exploitation qu’avec un portefeuille d’actions » Les trois futurs associés, tous issus de l’univers de l’expertise comptable spécialisée sur le secteur agricole, se penchent sur ce problème ; Roland, passionné des marchés financiers, a développé une méthode à base de mathématiques pour l’aider à gérer ses positions par rapport au flux d’informations mais aussi à ses émotions. C’est pendant l’incubation que la méthode se transforme en une solution informatique, et que les premiers financements sont réunis pour lancer l’entreprise. « Nous avons travaillé avec 150 agriculteurs pour construire notre outil entre 2013 et 1015 ». La société voit le jour en Septembre 2015. La solution « Piloter sa ferme », qui propose d’aider les agriculteurs à prendre leurs décisions de commercialisation (vendre, attendre ou rester en veille active sur les semaines à venir) est lancée dans la foulée, et c’est un franc succès. Début 2017, la société cumulait déjà 400 abonnés. Elle poursuit sa forte croissance et développe de nouveaux services à valeur ajoutée. Entretien avec Xavier Faure

« J’ai rencontré mes associés chez notre ancien employeur, on travaillait ensemble ; je n’étais pas en phase avec la stratégie et le management, je n’avais pas d’enfant ni d’emprunt à l’époque, je n’avais rien à perdre à tenter la création d’entreprise. Mes futurs associés m’ont présenté cette bonne idée, j’ai juste pensé allons voir si on est aussi bons qu’on l’imagine lorsqu’on critique les décisions des autres. Je suis d’un naturel insouciant, j’ai la certitude qu’on ne peut maîtriser que partiellement le résultat, mais avec l’idée de maîtriser les moyens, on se donne les moyens de réussir. Je suis capable de me remettre en question, l’idée c’est de finir l’année en étant meilleur qu’à son début ; nous avons trouvé notre marché en nous donnant les moyens de l’atteindre.

‘‘Les écosystèmes start-up ont encore besoin de s’exciter autour de cette notion d’innovation’’

‘‘Il faut vite mettre des gens plus compétents que soi à des postes clés’’

Je vois autour de moi des obstinés qui ne doutent rien, surtout pas d’eux-mêmes, et qui ne se mettent pas à la place du client. Celui qui sait, c’est le client, c’est lui le patron. La bonne idée, ce n’est pas celle qu’on a, c’est celle qui s’achète. Vous voyez, je vais à l’encontre de la mouvance start-up babyfoot… Quand on est expert d’un domaine, porteur d’une innovation, on peut vite partir dans de la technique pure, alors qu’il faut de la vulgarisation. Moi j’aime bien construire, travailler avec des contraintes, je suis moins à l’aise avec la gestion courante de l’entreprise, il faut vite mettre des gens plus compétents que soi à des postes clés.

J’étais seul au départ - mes associés n’avaient pas encore lâché leur ancien job – et dans cette solitude quotidienne, mes collègues, c’était BUSI ! Une dimension humaine très importante pour moi à ce moment-là. Ils m’ont aidé à prendre le recul, à me focaliser sur les choses importantes, à phaser, à mettre du tempo dans notre projet ; nous avons eu du mal à faire passer notre travail pour de l’innovation auprès des différents comités d’innovation. Pourtant, innover, c’est juste sortir du cadre non ? Un regard différent qui apporte une solution nouvelle, plus pertinente, qui répond à un besoin ; mais les écosystèmes start-up ont encore besoin de s’exciter autour de cette notion d’innovation… Nous avons réalisé ce que nous avions pensé au départ. La fluctuation des marchés céréaliers a un impact sur la rentabilité des agriculteurs : les prix montent ou baissent, mais les coûts de production restent identiques. Nous leur proposons un algorithme qui fait de la gestion de risque personnalisée. Pas de prévision, mais une analyse du marché à l’instant T qui lui permet de savoir si c’est le bon moment pour vendre ; avec un modèle mathématique à l’instar de ceux utilisés dans la finance moderne, et qui ont supplanté les traders. L’agriculteur peut décider de son niveau de risque, en le modulant. Cela peut l’obliger à modifier ses recettes pour atteindre ses objectifs. La solution est en Saas, sur abonnement.

Dernières actualités

A la découverte de SurgAR, une technologie de réalité augmentée dédiée à la chirurgie, qui permet de générer l’image 3D d’un organe

A la découverte de SurgAR, une technologie de réalité augmentée dédiée à la chirurgie, qui permet de générer l’image 3D d’un organe

publié le 02 novembre 2020

SURGAR NICOLAS BOURDEL ‘‘Voir enfin à travers le patient ’’ ‘’Deep Tech’’...

Lire la suite

[REVUE DE PRESSE] Lamontagne.fr - Sabi Agri, la marque auvergnate pionnière dans le tracteur électrique

[REVUE DE PRESSE] Lamontagne.fr - Sabi Agri, la marque auvergnate pionnière dans le tracteur électrique

publié le 02 novembre 2020

Alors que les fabricants français de tracteurs ont disparu un à un, la renaissance industrielle tricolore passe...

Lire la suite

A la découverte de Biosilicium, une des rares sociétés spécialisées en génétique criminalistique dans le monde.

A la découverte de Biosilicium, une des rares sociétés spécialisées en génétique criminalistique dans le monde.

publié le 02 novembre 2020

BIOSILICIUM DIDIER HATSCH ‘‘Nous avons peu de concurrents, le FBI en est un’’ BIOSILICIUM est...

Lire la suite

[REVUE DE PRESSE] Lecourrierdesentreprises.fr - Talent d’Auvergne : Sébastien Caux, Robotix Idefix

[REVUE DE PRESSE] Lecourrierdesentreprises.fr - Talent d’Auvergne : Sébastien Caux, Robotix Idefix

publié le 02 novembre 2020

Certains cherchent la bonne idée mais d’autres semblent avoir toujours vécu avec : ce qui frappe dans...

Lire la suite